RECITAL JACQUES REGGIANI

Prix : 15,00 EUR
VENTE PAR CARTE BANCAIRE SUR LE SITE DE L'ASSOCIATION ADVIE 06 N'oubliez pas d'indiquer votre adresse mail pour recevoir une confirmation d'achat, suivi de l'envoi de votre achat. Merci de soutenir nos actions par votre présence.

FAIRE UN DON

Prix : 5,00 EUR
Bonjour à vous tous qui nous soutenez. Nous vous offrons la possibilité de nous aider dans l'aboutissement de nos actions pour servir la promotion des dons de vie, la lutte contre le diabète, l'aide envers les malades, les personnes fragilisées ... FAIRE UN DON DE 5 € en quelques secondes. Possibilité de multiplier vos cinq euros en MODIFIANT LE NOMBRE (menu à droite) N'oubliez pas de remplir la fiche de renseignements pour être identifié et recevoir un mail ADVIE 06. Merci

ON A VOLE LA PROM

Prix : 9,90 EUR
Ma fierté était immense en revenant chez nous, dans notre mansarde de la rue Penchienatti, les bras chargés de mimosas. A la faveur d'une rencontre avec les voisins, je faisais '' don '' d'une branche, calculant par avance ce que j'allais bien pouvoir ramener de monnaie en arrivant au cinquième étage. « – Mémé, regarde, je t'ai rapporté de quoi acheter les légumes pour la ''bagna cauda '' de dimanche.* Je venais de gagner le droit de les accompagner au feu d'artifice du 14 juillet sur la Prom. Comme elles montent haut toutes ces couleurs bariolées. Presque, elles atteindraient les étoiles. Des gerbes d'argent qui s’effilochent en arrivant sur la mer, suivi d'un grand fracas, il y a de quoi faire peur à un enfant. « – Mathilde, ma petite mémé chérie, n'oublie pas que nous devons nous arrêter chez le glacier avant de retourner à la maison. Tu nous l'a promis, hein pépé. – Va que celui-là, il n'a pas la langue dans sa poche. '' Toujoù quauquaren che m'embila. '' (toujours quelque chose qui me met en colère). – César ne commence pas à chercher '' lou pitchou '' Le temps passe si vite que nous retrouvons notre Promenade, un soir de 14 juillet, aux alentours de vingt-deux heures trente, peut-être plus. Les étoiles se figent et disparaissent à la vue de ce camion. Papa, pourquoi moi je suis là Je te cherche et ne te vois pas. Maman non plus ne te vois pas C'est pas drôle je ne ris pas. Ce n'est pas bien de te cacher On va finir par te trouver Toi qui ne veut jamais jouer Ce soir c'est trop exagéré Ces gens autour quel brouhaha Je crie ton nom tu n'entends pas On se croirait au cinéma. Sauf que l'écran ne se voit pas. Quand ce camion est arrivé Sur nos corps tu t'es jeté Et de tes bras nous a poussé En criant très fort Liberté. Monsieur vous avez vu papa Je cherche et il est pas là. Petit garçon ne bouge pas Les grands vont t'expliquer tout ça Dans les yeux de l'enfant prostré A sa maman toujours choquée Viendra le temps de s'expliquer Et lui dire la vérité. VERITE-LIBERTE Qui n'a pas, en demeurant à Nice, mis sa trottinette, ses patins à roulettes, son tricycle, sur ce trottoir magique qui nous amène de la vue d'un avion à celle d'un bateau. Qui n'a pas, en devenant à son tour un parent, fait de même pour sa tête blonde, pour cette petite frimousse qui rit de bon cœur en slalomant entre deux touristes. Qui n'a pas posé ces fesses sur une chaise bleue, le regard face à la mer, la main dans son amour, la tête enfouie sur une épaule, murmurant un, '' je t'aime '' furtif. Qui n'a pas, un soir du 14 juillet, décidait cette sortie en famille en bord de mer, avec pour décor cette Tour Bellanda gardienne de notre Baie des Anges, se délestant de ses lumières pour laisser la place aux artificiers, nos artisans d'insouciance. Un moyen de ne pas, l'espace d'un moment, penser à ce gouvernement qui, à toutes les époques, fait promesses imaginaires et taxes bien réelles. Depuis cette soirée où la vie de 85 (peut-être plus) personnes a quitté le soleil, par la faute d'un monde qui n'a plus de repères et que la finance gouverne, nous attachant sur le tronc de la dette, je n'ai eu de cure que de trouver une approche littéraire (sans prétention de la part d'un auteur qui se désigne écrivain-amateur) pour rendre un soupçon de décence à toutes ces victimes. Je n'aime pas le mot hommage, pour moi il se résume à un instant précis qui débouche ensuite sur l'oubli temporel. Comme on le dit si bien : les paroles s'envolent, mais les écrits restent. En qualité d'auteur, je me force à tracer un chemin original pour traverser la rivière de ma vie qui serpente à travers les montagnes de mon enfance. Pour le faire, je me sers de grosses pierres posées au milieu du gué. C'est ainsi que je nomme PROSE, REALITE et POESIE. CHAQUE VENTE DU LIVRE PERMETTRA DE REVERSER LA SOMME DE DEUX EUROS AUX VICTIMES DU 14 JUILLET.

MEURTRE A L'INSULINE

Prix : 19,40 EUR
EXTRAITS Pour aborder ce polar à la française, le décor se trouve dans nos montagnes vésubiennes. Plusieurs énigmes policières déroutantes tout le long de ce récit passionnant sous fond de municipales. Des rebondissements, des retournements difficiles à prévoir pour le lecteur et l'auteur main dans la main dans ce labyrinthe à la recherche de la vérité. Qui tue, pourquoi? Un policier au final surprenant. Meurtres à l'insuline ce n'est pas un roman comme les autres. Comment trouver une fin originale, un pied de nez à la Brunandierre? En offrant 2 versions différentes, féminine ou masculine à vous de choisir. Merci pour votre participation à la recherche de la vérité. EXTRAITS Vous ne lui connaissiez pas d'ennemi susceptible de l'avoir entraîné dans un traquenard? – Je ne vois personne dans ce cas. Mon mari était apprécié par les gens du village pour son action contre la municipalité qui entraîne celle-ci vers sa fin. Il dérangeait certainement, mais de là à dire qu'il a était assassiné? Vous devriez attendre les résultats de l'autopsie pour aller dans ce sens. Je n'ai pas de conseils à vous donner. Vous connaissez votre métier et Roland vous appréciez. – La question ne se pose pas. Je vais y mettre tout mon cœur pour résoudre cette mort suspecte à mes yeux, avant de partir à la retraite. Soyez assurée que je découvrirais la vérité. – Pour moi il s'agit d'un accident rien de plus. Vous perdez votre temps et le notre par la même occasion, en faisant pratiquer cette autopsie très gênante pour sa famille. – L'autopsie n'est pas de mon ressort mais plutôt de celui du procureur qui, sur l'insistance de votre ami d'enfance l'avocat général, l'a demandée. Il s'agit bien de votre ami et non pas celui de votre mari? – C'est exact. – Alors pourquoi ne vous a-t-il pas mise au courant de sa démarche. – Je n'en sais rien, je pensais que cette idée venait de vous. Je vais le contacter pour en avoir le cœur net. – Ce serait gentil de me tenir au courant des raisons qu'il va évoquer pour se justifier. – Pourquoi ne pas lui demander vous-même. Je ne suis pas disposé à faire votre boulot de flic. Puis-je m'en aller maintenant? – Je ne vous retiens pas plus longtemps. Bonne journée chère madame. Désolé pour la brutalité des questions. – Au revoir monsieur. Quand vous veniez à la maison vous étiez beaucoup plus sympathique envers nous. – Ma fonction madame, c'est ma fonction qui m'oblige à être désagréable avec les gens. L'épouse de Roland sort de cet entretien avec un sentiment de dégoût pour la fonction d'un fonctionnaire de police. Elle ne lui en veut pas personnellement, elle .... EXTRAIT N° 2 Monsieur Roncevo a passé la soirée, quarante-huit heures avant la découverte de son corps, chez des amis du couple à refaire ces élections perdues d'une voix. « – Mon Roland, cinq voix, cinq putains de voix qui t'empêchent d'être notre nouveau maire. Presque tout le village est de ton côté. Comment as tu fait pour ne pas voir venir ce coup de Trafalgar. Ils sont allés chercher des voix dans les coins les plus reculés de la France, des gens qu'ils ne connaissent pas ou peu. Parmi ceux qui venaient avec ces ''bons du trésor'' et qui réclamaient nos suffrages, il y en a qui ne savaient pas pour qui ils votaient. C'est lamentable. En même temps tout le monde le sait, mais nos politiciens ne vont pas changer une loi qui leur permet de prendre des sièges en toute discrétion. C'est le principe des petites communes, tout se sait mais rien ne se dit. Démocratie quand tu nous tiens par les coui.... – C'est mon regret d'avoir mené mon équipe à la défaite par mon manque de lucidité. J'ai joué la carte de la légalité, de l’honnêteté. Il fallait faire constater par huissier certaines bizarreries électorales et brandir sur leur tête cette épée de Damoclès. Je suis le seul responsable. De plus ils ont la majorité qu'il voulait et un habitant fait un recours contre-nous. C'est à ne plus rien y comprendre. Je ne dois pas être fait pour ce job. » Le couple recevant confirme la volonté de Roland d'attendre le verdict administratif en pleine sérénité. Tout son clan pense à la victoire. Je suis persuadé que du côté des vainqueurs, l'annonce de la reconnaissance d'une victoire est déjà acquise. Monsieur le juge nous attendons tous votre décision. Il ressort de ce dîner que la victime n'avait pas l'intention de se suicider. Cela ne va pas faire avancer les affaires de la police. EXTRAIT N°3 « NON. Monsieur le deuxième adjoint est attendu dans le bureau sur la gauche. Quant à vous il va vous falloir patienter un petit quart-d'heure. Je viendrais vous chercher l'un après l'autre. » Tout cela tourne à la rigolade. L'un des spectateurs lance à la cantonade: « Tu as vu Jeannot, ils ont ouvert le couvercle de la cocotte-minute mais ils ont laissé les cailles à l'intérieur. » « – Bonjour, veuillez vous asseoir nous allons vous poser quelques questions sur votre emploi du temps de ces derniers jours. Cet auxiliaire de police va nous servir de greffier. – En ma qualité d'élu je demande à bénéficier d'un avocat. Je ne répondrais à aucune de vos questions sans sa présence à mes côtés. – Votre position de conseiller ne vous donne aucun avantage. De plus vous êtes convoqué en qualité de témoin dans cette affaire. Vous connaissiez la victime, vous avez eu avec elle quelques accrochages par le passé. – Je ne suis pas un simple élu, je suis adjoint du maire je vous prie. Vous devez respecter ma fonction. – Nous la respectons et c'est pour cela que vous êtes convoqué en premier. Voulez-vous je vous prie nous répondre. – Vous vous moquez de moi. Je connais très bien le préfet, je peux lui passer un coup de fil dans l'instant. – Rassurez-vous-nous aussi nous pouvons le joindre, ce que nous ne manquerions pas de faire si votre position s'envenimait. Je vous suggère de perdre votre arrogance verbale. Reprenons: avez-vous eu, ces derniers temps des altercations avec monsieur Roncevo. – En qualité de simple témoin votre avocat ne servirait à rien. Pour l

MUG ADVIE 06 TARIF DEGRESSIF

Prix : 8,00 EUR
Envoi inclus dans le prix. MUG BOLLENE VESUBIE-ADVIE 06, sélectionner image bandeau bleu ou jaune. Merci de nous soutenir avec cet achat. Bonne journée TVA incluse. Prix TTC 8 € unitaire, dégressif sur même envoi (2 MUGS = 15 €, trois MUGS =21 € QUATRE MUGS = 27 €. MUG ADVIE 06 '' J'y étais '' tarif dégressif identique. Merci de nous soutenir dans nos actions. Sylvie et André.